Suite des activités de la saison 2018 : ci dessous


Le 4 avril 2018

 

Enfin une journée ensoleillée et 19°C au thermomètre....  ça fait du bien !

Pré-visite de printemps dans l'après midi. Forte activité au rucher.

J'ai ouvert et vérifié l'état de toutes les ruches pour la première fois après hivernage.

 

Le verdict est mitigé mais tout de même prometteur (je suis optimiste) :

Les points quelque peu préoccupants, mais courants en apiculture:

- J'ai une ruche bourdonneuse (la reine est morte après avoir pondu quelques œufs d'ouvrières). Une abeille (ouvrière) remplace la reine, mais comme elle n'est pas fécondée, elle ne pond que des œufs donnant des mâles. Il va falloir faire accepter une reine rapidement pour éviter de perdre cette  colonie plutôt populeuse.

- Une ruche est quelque peu légère. Je vais vérifier si c'est uniquement un manque d'abeilles ou si une reine est à l'origine de cet état.

- La majorité des ruches est populeuse avec pas mal de couvain de tous âges et de jeunes abeilles en nombre. Il y a même déjà quelques mâles dans les ruches.

- L'état sanitaire est bon, il ne me reste plus qu'à remplacer les ruches par des ruches désinfectées et transvaser les cadres et les abeilles dans leur nouvelle demeure.Ainsi la saison pourra commencer sans problème.

 

Nous avons environ 15 jours de retard par rapport à l'année dernière. J'ai environ 1/3 de couvain en moins par rapport à 2017 qui a démarré très fort et a été très rapidement coupé par des gelées tardives. Cependant, comme la végétation n'est pas très avancée non plus cette année, ce n'est pas dramatique, loin de là.Les prochains travaux et récoltes seront juste un peu décalés.

L'hiver a été plutôt froid et a apporté de l'eau pour nos nappes phréatiques, ce qui est un point positif pour le début de saison.

A espérer que les températures et la météo restent dans la normale, sans trop de fluctuation néfaste au développement des colonies d'abeilles et de la nature en général.

 

Il va falloir être patient pour pouvoir goûter le nouveau millésime 2018 et pour pouvoir évaluer les performances des nouvelles reines 2018.

D'ici mi-juin, il y aura sans doute ce miel de printemps tant attendu....


Le 15 mars 2018

Nous sommes dans la dernière ligne droite avant le départ de la nouvelle saison.

En règle général les colonies se portent bien. Les colonies de production sont déjà bien fortes

Quelques ruchettes sont un peu légères surement dues à un défaut de ponte des reines lors de la relance de cette année.

Verdict dans un mois.

 

A l'atelier, la saison se prépare gentiment.

En prévision :

Avant fin mars : Préparation des ruchers pour permettre d’accueillir mes ruches de production d'ici début avril

Début avril : la mise en ruches et ruchettes des nouvelles abeilles et reines pour constituer les premières commandes : colonies de production de l'année prochaine (en abeilles BUCKFAST)

Vers la mi avril, début de l'élevage de reine "locale".


Le 19 février 2018

A l'atelier :

Quelques ruches sont prêtes à être peintes. Je pense en Gris avec du Thermopeint spécial ruche.

Mais bon, je vais cacher les veines du bois avec la peinture .... Peut être elles seront lasurées .... A suivre ...

Au rucher :

Il y a pas mal d'abeilles dans les ruches. Les reines sont déjà en ponte. Il y a un début d'élevage, les butineuses cherchent de l'eau et du pollen quand la météo le permet.

Justement, côté météo, ça va. Il n'y a pas de forte gelée et il fait "froid" (entre 1 et 4 °C). Je pense que c'est idéal pour les abeilles en cette saison. Dès que les températures seront plus clémentes, les colonies vont exploser. En espérant qu'à ce moment-là, les températures négatives de mars ne seront pas trop importantes ni trop longues.

En effet, la grappe d'abeilles se resserre avec le froid et risque de découvrir du couvain qui va mourir de froid.

Si c'est le cas, c'est facilement visible dès le premier jour de redoux, les abeilles évacuent des larves d'ouvrières bien blanches mortes de froid.

J'ai donné du candi aux ruchettes pour permettre aux abeilles de se nourrir. Il n'y a pas assez de place dans ces petites ruches pour les réserves d'hiver tout en laissant de la place à la reine pour la ponte. En plus les colonies sont déjà relativement fortes. Je suis donc dans l'obligation de les nourrir en attendant les premières entrées de nectar. A défaut, elles risquent de mourir de faim.

L'hiver n'est pas encore fini, il n'y a plus qu'à attendre et vérifier régulièrement les planches de vol pour détecter et remédier un petit "souci" au rucher.


Le 18 janvier 2018

A l'atelier :

Quelques ruches et ruchettes en fabrication.

Des ruches et ruchettes "Alsacienne haute" en 5, 6 et 12 cadres

Des ruchettes "Mini plus" en 6 et 2 cadrons pour l'élevage de reines

Des ruchettes Dadant 6 cadres de corps divisible en 2 x 3 cadres

Des ruches Dadant 6 cadres de hausse ou dans l'autre sens 12 cadrons mini plus pour l'élevage de reines.

Il n'y a plus qu'à ...

Panneau 3 pris 27 mm d'épaisseur (5m x 2.05 m)
Panneau 3 pris épicéa de 27 mm d'épaisseur Taille : 5.00 m x 2.05 m
Ruches et ruchettes Alsacienne haute et mini plus
Ruches et ruchettes Alsacienne haute à gauche et ruchette mini plus à droite
Ruches et ruchettes Dadant
Ruches et ruchettes Dadant
Ruchette mini plus 6 cadrons
Ruchette mini plus 6 cadrons


Le 6 janvier 2018

Au rucher :

Les filles ont eu chaud ... enfin humide cette nuit !

Actuellement le niveau descend ... ouf !

Par contre pas mal d'abeilles noyées, engourdies par le froid et / ou tombées à l'eau.

Le rucher les pieds dans l'eau !
Le rucher les pieds dans l'eau !
Début de la décrue
Début de la décrue
Nous étions à 5 cm !!!
Nous étions à 5 cm !!!


Le 2 janvier 2018

Au rucher :

Les températures en hausse font sortir des abeilles ce qui est une bonne chose en soi bien que... Les abeilles peuvent nettoyer l'intérieur de la ruche et évacuer les quelques dépôts de cire tombés ainsi que les abeilles mortes. Il y a constamment des abeilles qui sont en bout de course qui vont mourir soit à l'extérieur soit lors de durée plus longue du froid à l’intérieur de la ruche quand les abeilles sont en grappe et ne peuvent sortir. Par température froide (en dessous de 5 °C environ) toute abeille qui ne reste pas dans ou sur la grappe va s'engourdir très rapidement (en quelques minutes) et va mourir de froid ne pouvant plus rejoindre la grappe.

S'il fait très froid trop longtemps (température négative la nuit et tout juste positive en journée), il est possible que la grappe d'abeilles ne puisse pas se déplacer dans le rucher pour retrouver un nouveau cadre de nourriture et toutes les abeilles vont mourir de faim alors qu'à 5 ou 10 cm il reste largement de quoi nourrir la colonie durant des mois !

Pas de nourriture = pas de chauffage, donc elles vont mourir de faim et de froid.

A l'apiculteur de vérifier en suivant régulièrement ses abeilles et donc intervenir si besoin.

 

Cette température clémente ne devrait pas durer, ce n'est pas encore la saison. Les abeilles qui sortent en masse vont beaucoup consommer pour au final ne rien ramener à la colonie (ni pollen, ni nectar) mais juste réaliser une surconsommation des réserves hivernales cumulées en fin de saison. Et là aussi, la transition avec la nouvelle année peut être anéantie par manque de nourriture. La colonie va mourir de faim avant l'arrivée des premières miellées. De plus, vers février, il y a la reprise de ponte par la reine pour atteindre à nouveau un nombre raisonnable d'abeilles en début de saison apicole (mars/avril). Qui dit couvain et jeunes abeilles dit explosion de la consommation journalière de miel et pollen. Et là aussi c'est à l'apiculteur de bien suivre ses abeilles pour éviter de perdre des colonies juste par manque de nourriture.


Le 26 décembre 2017

Au rucher :

Vérification des tiroirs de planchers mis en place il y a 1 semaine.

Très bien, les filles sont actives dans toutes les ruches. Donc pas de perte à déplorer pour l'instant.

La surface et la nature des déchets permet de voir la taille de la grappe d'abeilles mais également s'il y a du varroa (petit acarien qui se fixe sur les abeilles et qui peut, s'il est en surnombre, disséminer une colonie). Le varroa est considéré comme l'ennemi n°1 de l'abeille actuellement. Il y a plusieurs façons de diminuer ces acariens, de façon mécanique, plus ou moins naturelle, et chimique (médicaments). Les traitement ont lieu en règle générale en fin de saison apicole en Août / septembre, chez nous, selon la dernière miellée souhaitée.

Mes ruches vont très bien, je n'ai décelé que quelques varroas sur deux ruches. Ces dernières ont reçu un sirop (eau + sucre) acidifié qui permet de tuer les quelques varroas encore présents dans ces deux ruches.

Je vous parlerai plus en détail du varroa dans "techniques apicoles". Donc patience ...

Pour revenir aux constatations au rucher :

Les réserves de nourriture sont aussi encore suffisantes. Je constate une consommation de 300 à 400g de miel par semaine et par ruche en moyenne sur deux mois (Novembre et décembre) soit environ 2.5 à 3 Kg de miel pour deux mois.

Donc, l'hivernage se présente plus que bien pour l'instant.


Le 19 décembre 2017

Au rucher :

Mise en place des tiroirs de plancher pour me permettre de voir les déchets des différentes colonies et également de suivre l'état sanitaire de mes ruches.

    

Le rucher des plaisirs

Joël GROSS - Alsace - Bas-Rhin - 67170 Geudertheim - 06 13 99 02 96

contact@lerucherdesplaisirs.fr

N° apiculteur : 67 00 6603

SIRET : 422 041 988 000 37